La prochaine Assemblée Générale Annuelle de la SDA de Nice qui aura lieu le 13 décembre 2008 à 14h à l’hôtel Negresco devra faire ressortir le bilan d’action d’une année de présidence de Patrick Villardry. Élu sur la liste des opposants à Madame Tholozan puis à Monsieur Calza, celui-ci s’était engagé publiquement à jouer la transparence. Pourtant...

Il apparaît que le bilan annuel de sa présidence risque d’être fortement critiqué. Le président aurait “pris la grosse tête” et n’en ferait “qu’à sa tête” peut-on entendre ici et là. Il incombera simplement aux adhérents de faire valoir leur implication réelle dans leur adhésion à la protection des animaux en s’inquiétant de la vérité par des preuves tangibles lors de cet unique rendez-vous collectif.

Pour l’heure, l’analyse d’éléments, à priori futiles pourraient apparaître quelque peu troublants pour les plus perspicaces.

En novembre, les adhérents de la SDA de Nice ont reçus leur convocation toute naturelle, avec en-tête officiel de la SDA, à l’A.G. annuelle du 13 décembre 2008. Quelques jours plus tard...

Ces mêmes adhérents ont reçu un second courrier provenant de la SDA, plus précisément de Monsieur Villardry. Ce courrier n’est pas imprimé sur du papier officiel à en-tête de la SDA. Il y invite les adhérents à revoter pour lui et y joint un courrier d’éloges personnelles et privées émise par une célébrité. Les adhérents naïfs n’y verront que du feu. Pour les autres...

> Pourquoi certains membres très actifs et connus de tous pour leur engagements concrets envers la SDA n’apparaissent plus dans cette liste ?

> Pourquoi propose-t-il à leur place une nouvelle liste de collaborateurs au Conseil d’Administration ayant de tels profils ?

> Pourquoi joint-il à ce courrier non officiel une lettre privée et personnelle d’une personne extrêmement publique et aimée des français, Brigitte Bardot ?

Lorsqu’on parcours les noms des nouveaux compagnons que Patrick Villardry présente pour que les adhérents votent pour sa liste, il apparaît un fort problème d’éthique, de morale et de sérieux qui force à l’interrogation. En effet, un personnage épinglé publiquement en A.G. pour son laxisme face aux diverses malversations de sa présidente Madame Tholozan refait surface alors qu’il n'a pas plus agit pour la SDA aujourd’hui qu’hier. Ainsi Monsieur Roux , revient en force sur la liste que propose Monsieur Villardry. Rappelez-vous, il était administrateur dans ce Conseil d’Adminisration qui a laissé faire, pendant des années, les maltraitances envers les animaux, le manque de soins, qui a laissé Madame Tholozan s’arranger avec un vendeur de croquettes escroc qui s’est volatilisé, qui a laissé Tholozan dilapidé l’argent des donateurs, etc... Après avoir publiquement affirmé que les administrateurs qui ne s’impliquent pas dans la mission de protection de animaux seront évincés, monsieur Villardry tourne sa veste et propose de ramener les “vieux fantômes” dans la gestion de la SDA. Il n’échappera pas aux adhérents d’en demander de justes explications.

Du côté des nouveaux venus dans cette liste soumise par le président, certains choix apparaissent surprenants et invitent à la réflexion : derrière le métier de ces personnes, y'a-t-il une véritable expérience  physique dans la protection et le sauvetage d'animaux maltraités et/ou abandonnés ? Il sera donc utile de se renseigner sur leurs expériences et motivations avant de leur offrir les pleins pouvoirs pour gérer la SDA.

Quant aux membres très actifs encore aujourd’hui qui n’apparaissent pas sur sa liste, il sera du devoir des adhérents d’en réclamer simplement les raisons. Des raisons uniquement liées au bon fonctionnement de la mission de la SDA il va sans dire.

Donc dans son courrier adressé aux adhérents, Monsieur Villardry y rajoute une lettre d’éloges privée rédigée à son attention par Brigitte Bardot.  Avec tout le respect que chacun peut avoir envers l’engagement de cette femme en faveur des animaux, il est surprenant de constater une telle mise en scène. De plus, Madame Bardot, c’est d’une logique à toute épreuve, ne sais absolument pas ce que fait concrètement monsieur Villardry à son poste de président puisqu’elle ne vit pas ici et ne participe en rien au travail quotidien qui incombe à la SDA de Nice. Pourquoi ce stratagème ? Pourquoi se servir d’un courrier personnel d’une personnalité pour “s’acheter” une bonne conduite ?

Au-delà de cette proposition de liste pour le moins nébuleuse, les adhérents devront réclamer des comptes sur le bilan financier, les avances concrètes des dossiers en justice, des actions de stérilisation (unique procédé respectueux des animaux pour limiter leur prolifération), etc....

Faudra-t-il également demander au président si les photocopies et l’envoie de sa candidature à tout le fichier des adhérents furent réglés par ses deniers ou ceux de la SDA ? Comme il l’a promis l’an passé, à toutes ces questions, Monsieur Villardry devrait répondre en toute transparence.

Delphine Delétang