Société de Défense des Animaux de Nice (SDA)

AVEC LE NOUVEAU C.A., DU NOUVEAU ?

Les nombreux remous* qui ont secoué à juste titre la SDA restent un sacré fardeau à porter pour les membres du nouveau conseil d’administration élus. Des plaintes en justice en cours aux chambardements organisationnels, jusqu’aux travaux d’aménagement réalisés, la nouvelle équipe dit vouloir jouer la transparence.

Quelques jours après leur élection, le local d’accueil du siège social subissait un indispensable lifting hygiénique et les chats été enfin tous mis à l’adoption. Des chats catalogués “inadoptables car associables” par l’ancienne présidente et ses sbires ont pourtant trouvé un foyer sûr et durable. Le pire fut, semble-t-il, le rangement des nombreux papiers, dossiers, factures et autres imprimés importants accumulés en vrac et non traités par les anciens dirigeants.

Côté chenil, la démolition des enclos intérieurs demeurait l’une des priorités des opposants à madame Tholozan pour assurer un meilleur cadre de “vie” aux chiens abandonnés. Pour 3 803 euros se fut fait. Des frais de vétérinaires furent également vite engagés pour assurer le check-up de tous les chats. Enfin, le règlement des factures en attentent se réalisa rapidement malgré les avis contraires de certains membres du CA.

En plus d’agir sur les dossiers sensibles exposés au grand jour par de fortes mobilisations de rue des opposants à la “méthode” Tholozan et par le journal, “La Rougna - Enquête dans les coulisses de la SDA” distribué à plus de 2 000 exemplaires dans les lieux publics de Nice, il leur faut aussi assurer le quotidien qui “crache” chaque jour son lot d’abandons et de maltraitances. Même une seule journée à la permanence démontrerait aux plus septiques que deux mains n’y suffisent pas. Au refuge aussi, plus il y’a de bénévoles, plus l’attention à chaque animal peut être donnée. La force est dans le nombre paraît-il. Du nombre il en faut. Dans les faits, combien s’impliquent ? Combien critiquent ? Il n’y aurait pas de bonnes solutions, que des mauvaises. Mais toujours s’interroger sur la moins mauvaise pour l’animal... Pas facile. Savons-nous toujours exactement quoi faire face à la détresse, à chaque instant, quotidiennement... quand on ose la regarder en face ? Ecouter, s’informer et apprendre auprès des gens de terrain pose aussi des problèmes pour certains membres, mais le travail se fait tant bien que mal. Les erreurs sont humaines, la bêtise aussi.

Le projet d’établir une cartographie des îlots de chat errants est au demeurant d’une importance capitale. Mais il faut composer avec la facteur humain. D’autres problèmes commencent alors. Les nourrisseurs de chats errants ne sont pas tous disciplinés et responsables. Déposer des gamelles de nourriture ne suffit pas. Il faut compter, surveiller, soigner si besoin et surtout stériliser. Un  couple de chats non stérilisé peut engendrer plus de 12 500 chats en 5 ans. Mauvaise foi que de penser que les poubelles et les quelques rats qui résistent à l’anéantissement programmé de la biodiversité locale puissent nourrir tous ses ventres affamés. Autre problème concret : l’âge moyen des nourrisseurs de chats errants actuel avoisine les 70 ans... que deviendront donc tous ces chats “assistés” lorsque leurs dévoués seront décédés ?

Les changements survenus dans le personnel de l’association ont démarré par le licenciement de la directrice “fictive” de la SDA nommée par monsieur Calza*2 pour un salaire mensuel de 3 000 euros. Cette incongruité avait lors soulevé un tollé de protestations sans faire sourciller son instigateur. Les embauches de complaisances sous madame Tholozan et monsieur Calza allaient cesser. Le licenciement des deux aides administratives s’effectua également dans les règles du droit du travail. Le licenciement de la gardienne du chenil s’avérait selon des témoignages de bénévoles et de membres du CA indispensable. “L’hôtesse d’accueil” du siège social qui officiait depuis plusieurs années comme  instrument indispensable à la “méthode” Tholozan fut aussi évincée après avoir reçu un traitement de faveur pour l’encourager, sans succès, à modifier son fonctionnement mécanique agressif et hostile à favoriser des conditions d’accueil décentes envers les animaux recueillis.

La démission de certains membres du CA élu par les adhérents sous la présidence de Calza apparaît opaque. Entre les points de vus divergeants, les actes de “sabordage”, la lassitude et les petites envies perso, il ne reste guère grand monde pour faire face. La poignée d’irréductibles ne compte pourtant pas plier malgré le comportement néfaste de certains membres et de certains bénévoles. Au dernières nouvelles, le nouveau gardien du chenil a également posé sa démission. Le défi à surmonter n’est pas simple et d’autres embûches les attendent forcement mais le président l’affirme haut et fort “on ne baissera pas les bras”. Toutefois, des bras en plus ça ne ferait pas de mal... Delphine Delétang

* cf. La Rougna 1 et 2 en fin de ce blog - en bas de page cliquer sur "page suivante"
*2 cf La Rougna 2


1ÈRE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE
DU NOUVEAU CONSEIL D’ADMINISTRATION

Samedi 1er décembre 2007
14h30, hôtel Negresco à Nice
DSCN4037

Le tout dernier président, Patrick Villardry*, ouvre l’assemblée générale devant une salle comble. La SDA revient de loin. Les collaborateurs indésirables des anciennes équipes de madame Tholozan et monsieur Calza ont enfin étaient évincés. Mais c’est d’une situation catastrophique qu’hérite la nouvelle équipe pourtant motivée à redorer l’image de la plus ancienne association de protection des animaux de Nice.

Sur grand écran, les portraits de chiens à adopter au refuge de la Conca  tournent en boucle. Patrick Villardry présente les membres présents de son Conseil d’Administration élu lors de la dernière assemblée générale présidée par monsieur Calza, alors président par intérim.

- Monsieur Roux : ex-président élu à la dernière AG, démissionnaire, tjrs membre du CA , déjà membre du CA avec les ex équipes Tholozan et Calza.
- Mme Ganancia
- Monsieur Lupo : commissaire aux comptes
- Madame Alziari : vice-présidente
- Madame Elissalt : déjà membre du CA avec les ex équipes Tholozan et Calza.
- Madame de Poulpiquet : avocate de la SDA
- Madame Olivain : secrétaire adjointe

Madame Huberman intervient très critique envers les membres actuels du CA déjà en place sous Tholozan et Calza... "à cette époque ils n’ont rien fait alors pourquoi feraient-ils maintenant !”.

* Patrick Villardry, à la demande du président démissionaire, monsieur Roux, élu par les adhérents de la dernière assemblée générale extraordinaire du 16 décembre 2006 a pris ses fonctions de président de la SDA le 7 juin 2007. Il est par ailleurs adjudant chef sapeurs pompiers de Nice et tient un centre d’apprentissage pour chiens à St-Laurent-du Var.

Le refuge en images

DSCN4036Projection d’un court métrage tourné par Karine dans le chenil de la Conca. Chaque plan est commenté par le président fier de montrer les changements promis : “toutes les lumières des boxes des chiens fonctionnent et ont été acquises et posées gratuitement. Du matériel de toilettage a été offert par une ancienne toiletteuse pour chiens. Des cours de formation sont délivrés aux bénévoles pour mieux encadrer les chiens et leur apporter un soin affectif qui allie l’esthétique et la présence. Le double but est de s’occuper différemment des chiens en dehors des boxes et de leur permettre d’être le mieux présentable possible pour pouvoir être adoptés”.

Gros plans sur les fiches d’organisation de sorties des chiens du refuge et des fiches pré-adoptions à remplir par de futurs adoptants. Zoom sur la nouvelle infirmerie du refuge et sur le terrain “aire de détente” justement critiqué. “C’est notre futur objectif avec le toit du chenil qui prend l’eau. Des sommes astronomiques ont été mises dans ce chenil avant et sans résultat”, justifie le président sur les dernières images du film. Applaudissements. Une machine à laver le linge industrielle en remplacement des deux petites machines à laver a également été offerte par une adhérente. Selon le président, “une partie de la chatterie va être modifiée”.

Adoptions : depuis avril 2007, 75 chiens adoptés dont 11 ramenés au refuge par leur adoptants. Donc, 65 adoptions réelles de chiens en 8 mois.

Nouveaux statuts

Selon l’ordre du jour annoncé, Patrick Villardry explique que les nouveaux statuts réactualisés par son conseil d’administration vont être soumis au vote des adhérents. Dans la salle, madame Huberman prévient que “le ministère de l’intérieur n’est pas au courant”.

Madame Elissalt rappelle les conditions de vote et précise que cela sera soumis au Ministère. Si celui-ci ne donnait pas son accord, il faudrait à nouveau revoir les statuts et les soumettre ultèrieurement au vote des adhérents. “On n’a pas touché au but de la SDA ni à l’adresse de son siège social”, précise-t-elle avant de d’expliquer que “sur 29 articles, 14 seront modifiés” après validation ou invalidation par les votes à bulletins secrets. “Article par article je vais lire celui qui existe et celui ensuite par lequel on le remplacera, le modifiera. Désormais le conseil d’administration sera plus sélectif pour “accepter” les adhérents”. Madame Huberman l’interrompt par divers reproches liés à sa présence dans les conseils d’administration précédents. Elle coupe court :  “vous vous parlez, nous nous faisons !”.

Un adhérant, monsieur De Vienne, demande si les articles des statuts sont négociables ou pas. Maître de Poulpiquet déclare que non et rappelle que les articles modifiés par le CA étaient consultables au siège, que tous les adhérents en on été informés avant la clôture de la consultation. Patrick Villardry rajoute que seules trois personnes sont d’ailleurs venues faire des propositions.

De 12 membres dans le CA actuel et tous les précédents, le nouveau CA souhaite passer à 9. Il est précisé que certains membres élus n’apportent pas de contribution active. La lecture des nouveaux statuts par madame Elissalt se poursuit devant les adhérents concentrés. Madame Huberman intervient pour demander si tous les adhérents dans la salle sont à jour de leur cotisation puisque le vote des statuts va se faire à main levée. Il lui est rappelé que l’AG du jour est toujours sous les anciens statuts.

Concernant les futures conditions d’acceptation des dons et des legs, la salle applaudit. Madame Huberman rappelle que le legs doit être approuvé par les adhérents sinon se sera rejeté par le Ministère. Le président coupe court : “on est là pour changer la SDA, il faut qu’on avance”. Madame Ellisat rappelle que madame Huberman a attaqué la SDA en justice “et vous savez combien ça nous a coûté !”.

L’avocate poursuit son explication sur les legs, les autorisations de l’État et du CA. Madame Huberman se lève précipitamment “l’autorité de tutelle ne fait pas son travail concernant le terrain du mont Chauve. Et ce terrain qu’est-ce que vous allez en faire ?”. Villardry lui répond : “il a été mis en vente et deux acheteurs potentiels sont sur le coup”. Brouhaha. Madame Huberman se fait huée par l’assemblée car elle ne cesse d’interrompre et de revendiquer des reproches sur les acquisitions alors que madame Elissalt parle de dons et de legs. Monsieur De Vienne tente de lui traduire la différence entre les deux concepts et de rétablir le calme. L’avocate lit l’article 15 et la salle applaudit car les legs sont soumis au vote de l’AG. “Des retraits de fonds en liquide, je vous rassure tout de suite, chez nous y’en aura pas !”, affirme au micro le président. Fin de lecture des statuts sur l’article 22.

Vote des statuts

Longue pause. Chaque adhérent est invité à voter immédiatement à bulletin secret “POUR” ou “CONTRE” les nouveaux statuts énoncés.

Bilan moral

Reprise de l’AG. Janine Elissalt présente le bilan moral de la SDA pour l’exercice du 1er avril 2006 au 31 mars 2007 : “On sera vraiment gestionnaire après cette date”. Un rappel est donné sur la plainte déposée contre Simmonet et la société IMP (relatif au terrain et construction refuge au mont chauve).

Il est également précisé que le poste nourriture et désinfectants est passé de 130 000 euros (sous Tholozan et son fournisseur de croquettes monsieur Moujaes) à 10 237 euros (avec un peu moins de chiens aussi).

Il est rappelé que ce CA est vraiment là depuis moins de 3 mois. Deux administrateurs ont quittés le CA mais leurs noms ne sont pas communiqués.

Le bilan des actions déjà réalisées est donné : nouveaux imprimés, meilleur contrôle de la nourriture, recrutement de bénévoles, création d’un nouveau site internet puisque monsieur Moujaes n’a jamais remis les codes d’accès de celui qu’il avait facturé à la SDA plus de 8 000 euros, diffusion de 3 bulletins de liaisons aux adhérents, une embauche, licenciements (aucune information n’est donné sur l’identité des membres du CA qui ont démissionnés ni sur les personnes licenciées), négociations des factures de téléphone et d’EDF, recherche de financements, mise en place de contrat de parrainage pour chiens et chats du refuge, convention de stérilisation avec les communes en cours.

Vote des comptes

Monsieur Lupo, commissaire aux comptes, déclare avoir validé les comptes et rend son rapport personnel. Madame Elissalt rappelle que les comptes doivent être approuvés, “pour approuver les comptes de cet exercice il faut approuver les comptes précédents qui n’ont pas été approuvés en 2005 et 2006”. Vote à mains levées. Les comptes 2005 et 2006 sont approuvés à la majorité sauf 4 contre. Vote du quitus 2005-2006 : les adhérents sont contre. Vote du quitus pour 2006-2007, ils sont pour.

Monsieur De Vienne revient sur l’actif du compte de la SDA énoncé : “Si mes calculs sont bons, y’en a pas pour longtemps”. Le commissaire aux comptes rassure : “Tranquillisez-vous, on a fait ce qu’il fallait, on est pas encore en alerte”. Il poursuit : “les frais de fonctionnement sont importants mais il y a peu de ressources régulières”. Il précise que le président paie rapidement les factures mais que certains membres du CA ne sont pas toujours d’accord.

Selon la loi en vigueur les legs doivent être revendus avant deux ans. Le président explique : “Je veux de l’argent pour les animaux. Nous sommes contre les euthanasies, sauf si un animal souffre, on prend avis du vétérinaire. Je veux que le refuge soit le number one à moindre frais”.

Bénévoles “des rues”

Suite à une demande du très actif capteur d’animaux “des rues”, monsieur Frésia, Patrick Villardry assure que “si demain y’a assez d’argent, je ferai des bons pour la nourriture des animaux errants”. Une adhérente confie que les bénévoles qui nourrissent les chats n’ont aucune reconnaissance alors qu’ils s’occupent des chats errants de la ville de Nice. Applaudissements.

Une autre adhérente demande à Villardry comment il a réussit à faire bouger les membres du CA qui ne faisaient rien lorsqu’ils occupaient déjà leurs fonctions sous les autres conseils d’administration. Il lui répond sur sa capacité de charme, “moi je fonce ! Mon but est que enfin cette SDA de la 5ème ville de France retrouve son blason, ça c’est mon leitmotiv”.

“Pourquoi la ville de Nice n’a pas de capteur ?” interroge à nouveau monsieur Frésia.  “Justement c’est un gros problème, j’ai posé la question”, lui répond le président avant de conclure : “Si on a les moyens d’embaucher, on fera en sorte que se soit pour un poste de capteur, on le soumettra au CA”.

Immobilier à vendre

Madame Elissalt demande l’autorisation aux adhérents d’aliéner des biens immobiliers à vendre :

- succession Schmit (studio-parking à rénover) estimer à 58 000 € en 2006 et déjà un acquéreur à 100 000 €. Aux informations livrées publiquement par madame Huberman, le président rétorque : “vous semblez bien au courant de données que je ne connais pas !” Et avec ironie, “ha, je croyais que y’avait une taupe chez nous”. Vote : majorité de l’AG pour et un contre.

- succession Castille + 2 terrains inconstructibles : “on attend l’estimation du service des domaines et un meilleur prix de vente”, défend Patrick Villardry. Dossier non mis au vote de l’AG.

Madame Huberman remet l’histoire de monsieur Torino à l’ordre du jour. Le président précise clairement : “la plainte a avorté car Torino s’est mis les 50 000 € dans la poche pour enlever sa plainte... mais la SDA d’aujourd’hui poursuit la plainte jusqu’au bout”.

- terrain du mont Chauve : acquis en 2004 pour 20 000 €, “on demande à le vendre si on a une fragilité de trésorerie”. Monsieur De Vienne rebondit : “si y’a une fragilité de trésorerie, la SDA compte donc sur 20 000 € pour tenir mais cela ne représente qu’un mois de fonctionnement ?”. Madame Huberman fustige sur le coup d’arrêt du permis de construire, puis : “si vous pouvez récupérer les 20 000 €, je suis pour”. Vote général pour la vente.

Monsieur Lupo annonce qu’il faut élire un suppléant aux Commissaire aux Comptes et propose le cabinet Montodi à Nice.  Approuvé à l’unanimité.

Résultat du vote et bouquets de fleurs

La vice-présidente donne le résultat du vote des statuts  : sur 853 adhérents, 302 votants, 297 pour, 10 contre et 5 nuls. Nouveaux statuts adoptés.

Le président remercie les bénévoles et les adhérents, “car sans vous on est rien”. Il remet un bouquet d’oeillets à tous les bénévoles en commençant par Lili la doyenne, puis madame Llopis, Olga, etc.... Séance clôturée par la remise d’un bouquet d’honneur à madame Huberman, “on est pas rancunier”. Elle l’accepte. Monsieur Villardry poursuit, taquin : “continuer à cracher votre venin”.

Questions des adhérents

Interventions sur le captage des chats errants, leur stérilisations, la SDA doit demander un budget important à la ville. Le président est d’accord, “on a mis 24 000 € de bons de stérilisations. On va écrire à tous les maires et au conseil général pour avoir des sous, moi je suis prêt à descendre dans la rue. Croyez-moi la lettre que je vais envoyer va être salée”.

Madame Olivain, secrétaire-adjointe, intervient : “avec 50 000 € on peut empêcher la naissance de 10 000 chatons. Le refuge a permis de sauver plus de 150 animaux. Il faut donner pour les stérilisations qui rapportent plus à la protection animale”. Applaudissements.

Une autre adhérente intervient sur les formations données à Genêve au personnel. Débat animé. Le président affirme que c’est gratuit. Amélia Tarzi explique que Patrick Villardry lui a demandé de s’occuper des bénévoles et qu’elle a dit oui. Concernant le casier judiciaire demandé aux bénévoles : “pour les contrôles post adoptions en cours, les bénévoles vont dans le domicile des gens et oui il faut protéger la SDA. Et donner une formation aux bénévoles permet d’apprendre les bons gestes”. L’adhérente insiste : “ça ne sert à rien, il suffit d’aimer les animaux”.  Amélia et Patrick l’invitent à venir faire du bénévolat pour se rendre compte, au moins une fois.

L’avocate de la SDA revient sur le dossier plainte : “une plainte pénale avec constitution de partie civile a été déposée le 15 juin 2006 à l’encontre de monsieur Simmonet, la société IMP, monsieur Roges, madame Berrous, etc... plainte en cours d’instruction. La plainte déposée par moi contre monsieur Torrino est en cours d’instruction. La première audition s’est effectuée la semaine dernière. Plainte déposée aussi la semaine dernière aussi contre Tholozan, Blangino, Moujaes, pour escroquerie, abus de confiance, mauvais traitements et sévices aux animaux”.

18h30 environ. Assemblée générale terminée. Le président remercie à nouveau les adhérents et conclut : “je vous donne rendez-vous à l’année prochaine”. DD

Adopter un chat

DSCN3971
Siège social de la Société de Défense des Animaux (SDA)
38 bis, rue Maréchal Joffre
06000 NICE
Ouvert ts les jrs sauf week-end de 9h à 12h et de 14h à 18h
Tél : 04 93 88 71 47 - E-mail : sdanice2@wanadoo.fr


Adopter un chat ou un chien

DSCN4010

CHENIL DE LA CONCA

Chemin du Pueï de la Madone
06690 TOURETTES-LEVENS
(itinéraire signalé par des panneaux dès l’entrée dans le village)
DSCN4017
ouvert au public ts ls jrs de 14h à 17h
Tél : 04 93 91 01 13